Quand doit on payer une franchise à son assureur ?

La majorité des contrats d’assurance automobile sont pourvues d’une franchise. Lors de la souscription d’un contrat auprès d’un assureur, celui-ci vous exposera cette clause. Cette dernière se définit comme étant la somme que vous devez payer en cas de sinistre et que votre responsabilité a été constatée. Pour faire plus simple, c’est le coût de dommages à la charge de l’assuré. Pour déterminer dans quel cas vous êtes dans l’obligation de payer une franchise automobile, il faut comprendre les différents types de franchises à votre disposition.

La franchise fixe

C’est l’une des franchises les plus courantes auprès des assureurs auto. La franchise fixe se définit comme la somme que votre compagnie doit payer en cas d’accident fixé dans les dispositions du contrat d’assurance.
En réalité, toute franchise automobile consignée dans le document est absolue. Autrement dit, la somme est perpétuellement soustraite de la compensation perçue par l’assureur et ce quel que soit la nature des dommages. Ce type de franchise est la plus avantageuse et la plus rentable puisque l’assuré sait en avance le montant qu’il doit payer quel que soit l’importance des préjudices et l’étendu.

La franchise proportionnelle

Pour ce genre de franchise automobile, il faut savoir qu’elle également est absolue et qu’elle correspond au pourcentage du coût des dégâts. Toutefois, la franchise proportionnelle est limitée par un montant maximum mentionné dans le contrat d’assurance. Cette option est plus ou moins intéressante et calculée par rapport au coût de la rémunération et des frais de dommages. Les spécificités relatives aux prises en charge des 2 parties sont généralement indiquées dans les termes du contrat. Etant donné qu’elle est variable, cette franchise est circonscrite par un montant minimal et maximal. C’est l’option la plus bénéfique pour les voitures moins chères vu que le particulier ne paye que le montant minimal dans la majorité des cas.

La franchise relative

Également appelée franchise simple, la franchise relative se traduit par le fait que l’assureur ne paye aucune indemnisation dans le cas où le coût des dommages est moins important que la franchise. Si les frais de réparation des dégâts excèdent la franchise, l’assureur doit rembourser en totalité l’assuré. C’est la solution la plus recommandée pour les propriétaires de véhicules coûteux.
Il faut également mentionner la franchise annuelle où un seuil de franchise maximale sera payé annuellement par le particulier. La compagnie d’assurance ne sera tenue de payer le coût des sinistres que lorsque celui-ci ne soit pas supérieur au montant inscrit dans le contrat d’assurance automobile.

Quelle solution pour assurer ses appareils multimédia ?
Appareils multimédia et objets connectés : faut-il les assurer ?